Allez ! Je me lance en teinture naturelle !

Allez ! Je me lance en teinture naturelle !

Vous avez lu mon dernier article sur la teinture naturelle, et ça y est vous voulez débuter ?
Vous vous demandez de quel article je parle ? Alors c’est par ici !

Je vous offre aujourd’hui un article technique ! Le matériel et les différentes étapes n’auront plus de secret pour vous.

De quoi a-t-on besoin pour teindre naturellement ?

Le matériel

reste de cuisine et teinture naturelle

Commencer la teinture naturelle ne nécessite pas un grand investissement financier.
Il vous faudra rassembler un peu de matériel que vous pourrez facilement récupérer à droite à gauche, en brocante ou chez Emmaüs.

De façon générale, il faudra vous méfier de tout ce qui est en métal et en particulier de ce qui est en cuivre ou en fer. En effet, les sels métalliques sont utilisés en teinture naturelle pour nuancer les couleurs.

Les marmites

Idéalement en inox ou en alu, exclusivement réservées à l’activité de teinture, elles doivent être assez grandes pour que votre linge à teindre puisse circuler librement. 

J’utilise beaucoup les stérilisateurs qui ont plusieurs avantages : leur taille et le contrôle possible de la température du bain.
Attention cependant, tout comme avec les marmites émaillées : l’émaillage doit être en parfait état. L’émaillage recouvre en effet du fer qui, s’il est découvert, aura une influence sur la couleur obtenue.
De la même façon, vous pouvez utiliser des marmites en cuivre mais en tenant compte de l’influence du cuivre sur la couleur.

Divers récipients

Utilisés pour réaliser les bains de teinture ou les nuançages, ils seront en verre ou plastique. 
Il vous faudra également pour ces étapes une balance : une balance de cuisine assez précise fera très bien l’affaire !

Des filtres

Une passoire en plastique et de vieux collants (non filés) vous seront utiles.

Pour mélanger

Pour touiller comme on dit par chez moi, je vous conseille des cuillères et pinces en bois. 

Des gants et un tablier ou de vieux vêtements peuvent être utiles !

Les fibres

Que vous souhaitiez teindre du fil ou du linge, il faudra que la fibre soit naturelle : coton, lin, chanvre, soie, laine…

Il n’est pas nécessaire que la fibre soit blanche ou écrue pour la teindre, mais la nuance de base du tissu influencera la nuance de couleur obtenue. Une teinture sur un lin beige donnera une nuance plus foncée que sur un coton blanc.

 

Il est également possible de surteindre un tissu, déjà coloré donc.

Mon dernier bain de garance étant trop rose, pas assez chaud à mon goût, j’ai replongé plusieurs tissu dans un bain d’aulne qui donne une couleur beige chaud.

Les ingrédients

Les plantes tinctoriales

Comme je l’expliquais dans mon article précédent, il existe une grande variété de plantes tinctoriales.
Vous pouvez:
récolter vos restes de cuisine : peau et noyaux d’avocat, pelures d’oignons, fânes de carottes), 

glaner dans votre jardin ou au bord des becques (ou fossés pour le reste de la France) : cônes d’Aulne glutineux, orties, jeunes ronces, feuilles de bouleau, Millepertuis, Eucalyptus…

teinture naturelle récup

faire vos courses sur internet ! N’hésitez pas à visiter les boutiques de couleur garance et d’ Alysse creation

Les autres ingrédients

Il vous faudra quelques ingrédients supplémentaires, que je détaillerai plus bas, pour mordancer ou nuancer vos fibres : 
– des graines ou du lait de soja dans tout bon magasin bio
– des vieux clous et du vinaigre
– du bicarbonate de soude
– des cendres
– de l’alun ou autres mordants …
La plupart se trouve facilement et le reste est disponible sur les boutiques en ligne citées ci-dessus !

Les étapes de la teinture naturelle

1. Décatir

debuter en teinture naturelle

Pour préparer vos fibres, il est préférable de les décatir, surtout si elles sont neuves !

Il s’agit d’enlever l’apprêt présent sur le tissu après le tissage ou la graisse de votre laine.
Rien de compliqué, il suffit de les laver au savon de marseille par exemple. Pas besoin de monter la température : laisser tremper suffit généralement.
Pour le lin, j’ajoute un peu de bicarbonate de soude.

 

2. Mordancer

L’étape clé de la teinture naturelle !

Indispensable pour que vos couleurs résistent au temps, le mordançage est l’étape de préparation des fibres à recevoir la teinture.

Mordançage des fibres animales

Pour mordancer la laine ou la soie, une recette :
10 à 20% d’alun et 6% de crème de tartre.
Les pourcentages se basent sur le poids des fibres à mordancer sèches.

Mordançage des fibres végétales

Pour mordancer le coton, le chanvre ou le lin, plus résistants à la teinture que les fibres animales, plusieurs recettes existent. Certains teinturiers ne jurent que par telle ou telle recette, telle que l’acétate alunage que je trouve, personnellement, particulièrement complexe et peu convaincante.
Après plusieurs tests, j’en privilégie deux : une plus simple et une plus efficace avec certains colorants.

Le lait de soja

Les protéines du lait de soja permettent de préparer les fibres à la teinture naturelle. 
Il vous suffit de diluer du lait de soja (que vous pouvez préparer facilement avec des graines de soja jaune !) et d’immerger vos tissus. Il faut bien malaxer et laisser reposer une demi-heure environ. Puis essorer et laisser sécher. Vous pouvez recommencer l’opération 2,3 fois.
Simplissime non?

lait de soja teinture naturelle
lait de soja teinture naturelle
Les tanins

La seconde méthode que j’utilise est celle qui combine l’alunage (utilisation de l’alun comme pour les fibres animales) et un bain de plantes riches en tanins (noix de galle ou poudre de tara).

Faire un premier bain à 20% d’alun.
Faire un deuxième bain avec des tanins (par exemple 10% de poudre de tara).
Enfin replonger dans le bain d’alun.

“Faire un bain” signifie: diluer avec de l’eau déminéralisée si possible (eau de pluie ou ajoût de vinaigre dans l’eau calcaire), plonger le linge humidifié et chauffer pendant 1 heure environ, puis essorer et sécher.

Cette méthode montre de meilleurs résultats avec certaines plantes comme la garance par exemple.

3. Préparer le bain de teinture

Il s’agit de récupérer le maximum de colorant contenu dans nos plantes. 
Le principe est simple :

 

 

1. réduire en petits morceaux (hacher les plantes, broyer les écorces ou noyaux…)

bain de teinture naturelle
teinture naturelle decoction

2. réaliser une décoction : ajouter de l’eau et chauffer pendant une demi_heure environ. Il est possible de recommencer cette opération plusieurs fois.


3. laisser infuser. Plus les plantes infusent, plus elles délivreront leurs principes colorants. De façon générale, les écorces ou parties dures devront infuser plusieurs jours. 

 

4. filtrer. Indispensable pour ne pas avoir de petites taches sur les tissus.

bain de teinture naturelle

4. Teindre !!!

bain de teinture naturelle

Vous pouvez maintenant transférer votre bain colorant dans votre marmite et ajouter autant d’eau qu’il le faudra pour que votre linge soit émergé et puisse nager librement.

Humidifiez vos fibres avant de les immerger lentement une à une (faites plusieurs allers-retours)
Vous pouvez laisser chauffer une heure environ en remuant régulièrement. Vous pouvez ensuite laisser votre tissu reposer dans ce bain plusieurs heures : la couleur n’en sera que plus solide.

C’est à cette étape que vous pouvez faire des dégradés ! N’immergez qu’une partie de votre tissu, puis un peu plus, puis un peu plus, puis entièrement.

tissus dans bain de teinture naturelle

Attention ! Si vous teignez de la laine, commencez votre teinture à froid et ne chauffez pas trop fort pour ne pas la feutrer ! De la même façon, laissez refroidir le bain avant de la sortir.

teinture naturelle aulne

Le beige des cônes d’aulne

roux teinture naturelle

Le roux du cachou

N’hésitez pas à utiliser votre bain plusieurs fois, juqu’à épuisement. Les couleurs obtenues dans le premier bain de teinture seront plus soutenues que dans les bains suivants.

Nuancer

Vous pouvez maintenant nuancer votre couleur avec un bain de nuançage : sulfate de fer, acétate de fer, cuivre, vinaigre ou cendres.
Ci-dessous, j’ai nuancé au sulfate de fer du linge ancien teint à l’aulne et obtenu un beau gris chaud !

nuancer teinture naturelle aulne

5. Rincer et sécher

Il ne vous reste plus qu’à sortir vos fibres du bain de teinture ou de nuançage et à rincer, rincer, rincer, rincer et rincer !

Vous pourrez ensuite procéder au séchage.
Deux règles : jamais en plein soleil et attention aux plis (deux pinces à linge dans chaque coin est l’idéal)

 

J’attends ensuite plusieurs jours avant de relaver mes fibres et de les utiliser.

Voilà ! Vous savez tout ! Vous pouvez  maintenant débuter en teinture naturelle !
Ce n’est pas très compliqué comme vous le voyez mais un peu (beaucoup?) chronophage. Ce long processus est nécessaire pour obtenir ces couleurs incomparables, changeantes avec la lumière et un peu écolos.

Prendre le temps pour produire mieux !

Je vous donne rendez-vous très bientôt pour une revue de presse et de net spécial teinture naturelle !

Si vous souhaitez être accompagnés et connaître les gestes et petits trucs qui vous permettront de réussir à coup sûr votre teinture n’hésitez pas à réserver un stage d’initation !

J’ai répondu dans cet article à plusieurs questions qui m’ont été posées sur les réseaux sociaux suite à la publication du premier article : n’hésitez pas à me soumettre vos autres interrogations !
Un grand merci pour vos réactions !

A bientôt !
Mélissa

Laisser un commentaire